avis-girls-serie

Girls : avis sur la série

Girls est une série télévisée américaine de Lena Dunham et produite par Judd Apatow. Elle compte 62 épisodes de 28 minutes chacun environ Comme son titre l’indique, elle fait partie de l’arène des séries des meufs. Faisons un peu le bilan de l’histoire.

Une série super réaliste

Le fond de la narration de Girls suit la vie d’un groupe d’amies âgées autour de la vingtaine et qui profitent de leur vie à New York. Quelques expériences de Lena Dunham, l’une des actrices principales de la série, s’annoncent les sources d’inspiration sur les aspects primordiaux du personnage principal.

Les quatre amies sont formées de Lena Dunham dans le rôle de Hannah Horvath, une jeune écrivaine habitant à Greenpoint, Brooklyn, aussi monstrueuse qu’hilarante, ses parents lui ont coupé les vivres ; Allison Williams dans le rôle de Marnie Michaels, la meilleure amie d’Hannah et qui est son colocataire. Marnie est plus raisonnable et responsable. Il y a également Zosia Mamet qui joue Shoshanna Shapiro, naïve et brillante ainsi que Jemima Kirke dans le rôle de Jessa Johansson, une cousine anglaise de Shoshanna et colocataire. Cette dernière vient juste de débarquer à New-York, elle est un peu bohème et une imprévisible aventurière. Chaque semaine, on suit les péripéties dans la vie de ces 4 filles sur le plan professionnel, familial, sexuel, ainsi que sentimental.

La série est série captivante grâce à des éléments de la vraie vie dedans, mais elle s’est mise au cœur d’une polémique. Rien qu’avec les deux épisodes, elle a abordé des sujets difficiles à avaler comme les parents qui ont coupé les vivres, les problèmes de compatibilité sexuelle, l’avortement, les choix de vie désavoués par les proches, la quête du travail, ainsi que la virginité « tardive ». Mais il s’avère que Girls n’est pas la seule série à exposer tout cela. A la seule différence, ses réalisateurs ont attribué encore plus de réalisme sur les scénarios et l’ambiance sonore, un coté plus cru sur l’esthétisme et le ton. Dans cette série, il n’y a pas de scènes cul frustrantes et chiantes. Toutes les réactions du personnage ainsi que les thèmes abordés dans la série sont réalistes, ce qui n’est pas le cas dans Sex & The City.

Les points essentiels de la série inédite

Certains manques sont notables dans la série, si l’on ne parle que les personnages. Le plus évident, c’est que le sujet ne traite que des blancs. Déjà les actrices principales sont blanches, et elles ne côtoient que des blancs et couchent avec des blancs. Les personnages étrangers ne sont pas visibles que sur quelques passages. C’est une situation très délicate et qui a donné frustration aux femmes de couleur, qui semblent très nombreuses à New-York.

Malgré cela, des sujets intéressants ont pu couvrir ces lacunes de la série inédite. En fait, Lena Duham a réalisé un épisode brillant relatant les artistes fauchés inculpés de harcèlement ou d’abus sexuels. Tel est le cas de Casey Affleck renié par Brie Larson de sa récompense de meilleur acteur vu qu’il est accusé de harcèlement sexuel.

girls-avis-serie